Partie 2. Les décisions de l’entreprise

Thème 6. Comment l'entreprise crée-t-elle de la valeur ?

Cours de principes fondamentaux de l'économie et de la gestion (Coaching,STMG, BTS, DUT tertiaire, Licence de gestion, Ecoles supérieures de Commerce et de Management, Master, chef d’Entreprise, Entrepreneur, gestion des administrations, gestion des associations, Formation professionnelle...) avec www.SuperProfesseur.com et http://mobile.superprofesseur.com  © Ronald Tintin, Ronning Against Cancer

 

Plan  du cours

*   I. La combinaison des facteurs de production

*   II. La création de richesse et sa mesure

*   III. Le partage de la valeur ajoutée

 

I. La combinaison des facteurs de production

Le travail et le capital sont les deux facteurs de production que les entreprises combinent pour créer de la richesse.

A. Le facteur travail

Le travail désigne l’activité humaine, manuelle ou intellectuelle destinée à produire des biens ou des services. Au niveau de l’entreprise, le travail représente la quantité de main-d’œuvre que l’entreprise utilise pour réaliser sa production.

B. Le facteur capital

Dans le domaine économique, le capital regroupe l’ensemble des biens durables de production : matériels, machines et constructions utilisés pour produire d’autres biens et services.

Ce sont les opérations d’investissement des entreprises qui permettent la constitution du capital.

C. Le choix de la combinaison productive

Pour produire, l’entreprise utilise en proportions variables du travail et du capital. L’entrepreneur a le choix entre :

*   plus de capital et moins de travail

*   ou l’inverse, c’est-à-dire moins de capital et plus de travail.

La combinaison retenue est en principe celle qui assure la production de meilleure qualité au moindre coût.

Mais, dans tous les cas, il est impossible d’assurer une production sans l’intervention de l’homme qui crée, paramètre, contrôle les machines : la production ne peut jamais être totalement automatisée.

II. La création de richesse et sa mesure

Les entreprises créent de la richesse en produisant des biens ou des services. Or, pour un produit fini donné, une multitude d’entreprises ont participé à sa création.

A. La notion de valeur ajoutée

On peut mesurer la production d’une entreprise par la somme de ses ventes, c’est-à-dire par son chiffre d’affaires. En fait, cette mesure ne permet pas d’obtenir la « valeur » véritablement produite par cette seule entreprise. En effet, pour réaliser sa production, une entreprise utilise des biens et services acquis auprès d’autres entreprises (matières premières, produits semi-finis, énergie, etc.). Ces produits, dénommés « consommations intermédiaires », ont en fait déjà été comptabilisés pour mesurer la production des entreprises qui les ont produits et ont physiquement disparu dans le processus de production.

Ainsi, pour déterminer le montant de la richesse réellement créée par une entreprise, il faut déduire de son chiffre d’affaires les produits fournis par d’autres entreprises : on obtient alors la valeur ajoutée. Elle mesure la véritable contribution d’une unité de production à la richesse nationale. Elle se calcule comme suit :

 

Valeur ajoutée = Valeur de la production – Valeur des consommations intermédiaires

 

B. La notion de produit intérieur brut (PIB)

Le produit intérieur brut (PIB) est un indicateur économique qui évalue l’ensemble de la richesse produite par une nation.

Le produit intérieur brut (PIB) est obtenu par la somme des valeurs ajoutées des unités de production implantées sur le territoire français.


Le produit intérieur brut (PIB) :

*   mesure les performances de l’économie nationaleà travers une activité de première importance, la production.

*   et permet d’effectuer des comparaisons dans le temps et dans l’espace, avec d’autres pays et d’autres époques.

III. Le partage de la valeur ajoutée

Au niveau des entreprises, la valeur ajoutée est répartie entre les différents acteurs économiques pour leur contribution à la production :

*   les salariés perçoivent un salaire en contrepartie de leur travail ;

*   les actionnaires (détenteurs de capitaux) perçoivent des dividendes ;

*   les banques qui prêtent des capitaux perçoivent des intérêts ;

*   l’État absorbe une partie de la valeur ajoutée sous forme d’impôts, de taxes et de charges sociales.

*   l’entreprise conserve l’excédent pour s’autofinancer : c’est le bénéfice de l’entreprise.

 

Télécharge le cours de principes fondamentaux de l'économie et de la gestion (PFEG)  en contactant l’équipe de www.SuperProfesseur.com .

Ou par mail : contact@superprofesseur.com

Toute l’équipe de www.SupepProfesseur.com reste à ta disposition 24h/24h et 7j/7j !