Thème 4 - Quels modes de financement de l´activité économique?

 

Chapitre 10. Financement direct et financement indirect


Cours d’Economie (STMG, Ecole de Commerce et de Management, Master, chef d’Entreprise, Entrepreneur, gestion des administrations, gestion des associations, Formation professionnelle...) avec www.SuperProfesseur.com et l’application mobile de Super Professeur :mobile.superprofesseur.com © Ronald Tintin, Ronning Against Cancer

 

Plan  du cours

*   I. Quels sont les deux circuits de financement ?

*   II. Quelles sont les modalités du financement direct ?

*   III. Quelles sont les modalités du financement indirect ?

*   IV. La complémentarité entre les deux modes de financement


I. Quels sont les deux circuits de financement ?

Le financement externe des entreprises peut provenir de deux circuits de financement distincts :

*   Le financement direct, qui est un mode de financement consistant en la mise en relation directe sur le  marché financier entre l'offre et à la demande de capitaux en vue d’échanger de la monnaie contre des titres financiers ;

*   Le financement indirect ou financement intermédié, dans lequel les banques servent d’intermédiaire entre les prêteurs et les emprunteurs en fournissant des crédits grâce aux dépôts de leurs clients.

II. Quelles sont les modalités du financement direct ?

A. Un lieu d’échange : le marché financier

Les agents économiques à besoin de financement  émettent des titres (actions, obligations) qui seront acquis par les agents économiques souhaitant faire fructifier leur épargne disponible.

L’offre de capitaux des épargnants se confronte ainsi directement à la demande de capitaux des emprunteurs, sans passer par la médiation d'un intermédiaire financier.

Plusieurs catégories d’agents interviennent sur le marché financier :

*   les offreurs de capitaux : ménages ou entreprises souhaitant placer leur épargne ou prendre le contrôle d’une autre entreprise ; investisseurs institutionnels (caisses de retraite, banques d’investissement, entreprises d’assurance, OPCVEM, etc.) collectant l’épargne de leurs clients et effectuant en leur nom divers placements sur les marchés financiers ;

*   les demandeurs de capitaux : entreprises (publiques ou privées), administrations publiques et sociétés financières.

B. La nature de l’échange : les titres financiers

1. Les actions

Les actions sont des titres de propriété représentant une part du capital d’une entreprise. Les détenteurs d’actions d’une entreprise, dénommés actionnaires, sont ainsi propriétaires d’une part de celle-ci.

Les actions donnent droit à :

*   la perception de dividendes (il s’agit d’une part du bénéfice annuel de l’entreprise) ;

*   un droit de vote, leur permettant de participer à la gestion de l’entreprise par le biais de l’assemblée générale des actionnaires.

2. Les obligations

Les obligations sont des titres de créance nées à l’occasion d’un emprunt émis par une entreprise ou un État.

Les détenteurs d’obligations, dénommés obligataires, ont droit à :

*   la perception d’un intérêt annuel, fixé en général au moment de l’émission de l’emprunt obligataire ;

*   au remboursement du capital prêté, en général à l’échéance.

Ce sont le plus souvent les États qui ont recours à cette modalité de financement, mais les entreprises cotées peuvent également émettre des emprunts obligataires.

C. Les deux compartiments du marché financier

1. Le marché primaire

Lieu d’émission des nouveaux titres, le marché primaire est en quelque sorte le « marché du neuf », sur lequel sont effectuées les émissions des actions et des obligations à l’occasion de l’introduction en bourse des entreprises et des augmentations de capital des sociétés déjà cotées.

Seul ce marché donne lieu à de nouveaux financements pour les entreprises ou pour l’État.

2. Le marché secondaire

Lieu d’échange des titres déjà émis, le marché secondaire est en quelque sorte le « marché de l’occasion », où se négocient les titres anciens (déjà introduits sur le marché primaire), à un cours qui résulte de la confrontation de l’offre et de la demande. Il s’agit de la Bourse.

Il existe une forte interdépendance entre les deux compartiments du marché : en effet, le marché secondaire est indispensable au fonctionnement du marché primaire car il permet de garantir à l’acheteur sur le marché primaire qu’il pourra revendre son titre à tout moment, car il existe un marché pour permettre l’échange entre l’offre et la demande pour chaque titre.

                                                      

III. Quelles sont les modalités du financement indirect ?

A. Un financement par le crédit bancaire

Le mode de financement indirect implique qu’il y ait un agent économique qui fasse l’intermédiaire entre les agents disposant d’une capacité de financement et ceux qui sont à la recherche de financements. Les banques jouent ainsi le rôle d’intermédiaire entre les prêteurs et les emprunteurs en fournissant des crédits grâce aux dépôts que leur confient leurs clients.

Ce mode de financement est dit indirect ou intermédié, car il caractérise le rôle d’intermédiation des banques. En effet, à la différence du marché financier, les épargnants ne savent pas précisément à qui est destiné leur épargne, de même que les emprunteurs obtiennent des crédits sans connaître les épargnants qui ont permis aux banques de leur procurer ces ressources.

B. Le prix du crédit : le taux d’intérêt

Le taux d’intérêt représente le prix de l’argent.

*   Pour l’emprunteur, c’est le coût de l’argent emprunté ;

*   Pour le prêteur, c’est la rémunération de l’argent prêté.

Ce prix s’exprime sous la forme d’un taux, qui est le rapport entre le montant des intérêts payés et la somme empruntée sur une période donnée, en général un an.

Taux d’intérêt  =      Montant des intérêts payés                                     x 100

                                   Somme empruntée sur une période donnée


Ou taux d’intérêt = (Montant des intérêts payés /Somme empruntée sur une période donnée) x 100

(Cf. donner un exemple)

Définition : L'intérêt est la rémunération due par l'emprunteur au prêteur en contrepartie de la mise à disposition d'un capital pendant une durée déterminée.

Les intérêts simples (calcul)

Dans leur calcul entrent en compte quatre données : Le capital emprunté, nous le noterons C, la durée du placement : n, le taux d'intérêt annuel : t et le montant de l'intérêt : i

i = (C x t x n)

100


En fonction du taux d’intérêt, on peut alors calculer le coût annuel de l’emprunt :

Montant des intérêts annuels = taux d’intérêt x montant de l’emprunt restant dû


Exemple : une entreprise  qui emprunte 10 000 € auprès d’une banque à un taux d’intérêt annuel de 5 %, devra verser au bout de la première année, outre le remboursement d’une partie de la somme empruntée, le montant des intérêts suivants : 10 000 x 0,05 soit 50  €.

Au-delà de la rémunération du service rendu pour le prêt d’argent, le taux d’intérêt représente la rémunération du risque pris par les banques : le risque de ne pas être remboursé par l’emprunteur. Il s’agit du risque de défaut.

 

Télécharge le cours d’Economie en contactant l’équipe de www.SuperProfesseur.com .

Ou par mail : contact@superprofesseur.com

Toute l’équipe de www.SupepProfesseur.com reste à ta disposition 24h/24h et 7j/7j !