Thème 2. Analyser la situation de l’entreprise

Question de gestion 7. Qu’est-ce qu’une entreprise performante ?

Chapitre 14. Rentabilité et affectation du résultat

Cours de Gestion et Finance (STMG, BTS, DUT tertiaire, Licence de gestion, Ecoles supérieures de Commerce et de Management, Master, chef d’Entreprise, Entrepreneur, gestion des administrations, gestion des associations, Formation professionnelle...) avec www.SuperProfesseur.com et l’application mobile de Super Professeur : mobile.superprofesseur.com  © Ronald Tintin, Ronning Against Cancer

 

 

Plan  du cours

*   I. La rentabilité de l’entreprise

*   II. L’affectation du résultat

I. La rentabilité de l’entreprise

A. La rentabilité économique

La rentabilité économique consiste à mesurer la performance économique de l’ensemble des capitaux investis dans l’entreprise : le financement à long terme (LT). Ce financement est constitué des capitaux propres (capital, réserves, report à nouveau, résultat) et des emprunts à LT.

Il s’agit d’observer le résultat dégagé par ces capitaux :

*   soit le résultat d’exploitation,

*   soit l’excédent brut d’exploitation (EBE). La rentabilité économique est donc un indicateur d’efficience.

Rentabilité économique = Résultat d’exploitation / Financement à LT

 

Cet indicateur mesure la rentabilité du point de vue de l’entreprise. On parle de logique managériale.

B. La rentabilité financière

La rentabilité financière consiste à mesurer la performance financière des capitaux engagés par les propriétaires de l’entreprise : les capitaux propres. Elle correspond à un taux de rémunération des sommes investies par les propriétaires.

Sachant que les propriétaires ont un droit sur le bénéfice de l’entreprise, il s’agit d’observer le résultat net comptable dégagé par ces capitaux propres. La rentabilité financière est donc aussi un indicateur d’efficience.

 

Rentabilité financière = Résultat net comptable / Capitaux propres.

 

Cet indicateur mesure la rentabilité du point de vue des associés. On parle de logique financière.

C. L’analyse des indicateurs de rentabilité

Ces indicateurs sont à comparer dans le temps et dans l’espace.

*   La rentabilité économique peut être comparée à celle des concurrents ou aux moyennes du secteur d’activité.

*   La rentabilité financière peut être comparée au taux de rentabilité d’autres moyens de placement financier : taux moyen du marché boursier, moyen des placements bancaires, par exemple.

Le financement d’activités nouvelles par endettement n’a pas d’incidence sur la rentabilité économique de l’entreprise, mais elle affecte sa rentabilité financière. On observe que si le taux d’intérêt financier lié à l’endettement est inférieur au taux de rentabilité économique, l’entreprise bénéficie de l’effet de levier et améliore sa rentabilité financière. Dans le cas contraire, elle subit l’effet de massue.

II. L’affectation du résultat

A. Que faire du bénéfice dégagé au cours de l’exercice comptable ?

Le bénéfice revient de droit aux associés propriétaires de l’entreprise. Mais ceux-ci peuvent décider de laisser une partie du bénéfice à disposition de l’entreprise afin de constituer une ressource de financement stable. Cette décision est prise en assemblée générale ordinaire (AGO) à l’occasion d’un vote.

1. Les réserves

*   Le bénéfice peut être affecté en réserve obligatoire : en réserve légale imposée par la loi, en réserve statutaire imposée par les statuts, en réserve contractuelle imposée par un contrat.

*   Le bénéfice peut être affecté en réserve facultative : la décision est prise chaque année en AGO.

Ces réserves ne correspondent pas à un montant apporté en fin d’année à l’entreprise, mais à des sommes non versées aux associés. Il s’agit donc de valeurs dégagées au cours de l’année grâce à l’activité de l’entreprise et qui resteront acquises à l’entreprise. Elles correspondent à de l’autofinancement.

2. Les dividendes

*   Le bénéfice peut être reversé aux associés sous forme de dividendes. Les disponibilités de l’entreprise baissent donc du montant des dividendes versés.

*   Le montant du bénéfice ne suffit pas pour décider de celui des dividendes : sachant que le bénéfice est dégagé petit à petit tout au long de l’année et qu’il peut être dépensé au fur et à mesure (achat de biens immobiliers, par exemple), il faut vérifier que le montant de la trésorerie disponible permet de rémunérer les associés.

3. Le report à nouveau

Il s’agit d’une fraction du bénéfice en attente d’affectation. Le report à nouveau n’est ni affecté en réserve ni versé aux associés. Il participera au bénéfice distribuable l’année suivante.

L’affectation du résultat :

http://www.l-expert-comptable.com/comptabilite/obligations-legales/l-affectation-du-resultat.html

B. L’arbitrage entre distribution et conservation des bénéfices

L’arbitrage entre la distribution et la conservation des bénéfices relève de la politique de l’entreprise :

*   distribuer les bénéfices permet de répondre aux attentes des associés. Ceux-ci seront alors de meilleure disposition pour répondre aux futures augmentations de capital et soutenir la politique de l’entreprise ;

*   conserver les bénéfices en réserve permet de répondre à une politique de prudence de l’entreprise qui anticipe les besoins futurs (des investissements à venir, par exemple).

 

Les relations entre les managers et les actionnaires sont souvent complexes, il s’agit de trouver des compromis.

Comment réaliser l’affectation du résultat (arbitrage) :

http://www.l-expert-comptable.com/comptabilite/obligations-legales/comment-realiser-l-affectation-du-resultat-d-une-societe.html

 

Télécharge le cours de Gestion et Finance  en contactant l’équipe de  www.SuperProfesseur.com .

Ou par mail : contact@superprofesseur.com

Toute l’équipe de www.SupepProfesseur.com reste à ta disposition 24h/24h et 7j/7j !